Chargement

Le Motif

La lettre d’information

Actualités
 
Les champs suivis d’une astérisque (*) sont obligatoires.
Fermer la fenêtre
 

Qui achète des livres numériques ?

Le MOTif et le médialab de Sciences Po se sont associés pour observer les tendances majeures de la lecture, de l’achat de livres numériques et de l’offre fonctionnelle des plates-formes d’ebooks dans cette nouvelle étude.

 

L’équipement de tablettes et de liseuses augmente, les catalogues de livres numériques s’étoffent et la concurrence entre tous les acteurs du secteur est particulièrement incertaine. C’est pourquoi le moment est crucial pour observer les tendances majeures de la lecture et de l’achat de livres numériques. Le MOTif s’est associé au médialab de Sciences Po pour réaliser une analyse comparative des fonctionnalités de 20 plates-formes de vente d’ebooks et examiner la population actuelle des usagers de livres numériques.

Sans surprise, les personnes interrogées présentent majoritairement un profil de "grand lecteur" ; la moitié, en moyenne, des livres qu’ils lisent sont au format numérique. L’accès aux plates-formes passe essentiellement par le biais d’un ordinateur via le navigateur web ou des applications ; 38 % déclarent toutefois utiliser leur liseuse pour acheter et télécharger. La majeure partie utilise une seule application de lecture. 31,5 % des répondants ne se sert pas de logiciels de gestion de bibliothèque.

Les difficultés se concentrent autour de quatre points :

- la recherche d’information et de livres sur les plates-formes,

- les difficultés de transfert et de téléchargement,

- les difficultés liées à la mise en forme du texte,

- la compatibilité des fichiers téléchargés sur les terminaux dédiés.

Les difficultés techniques rencontrées ainsi que les obstacles commerciaux identifiés permettent d’orienter les profils des lecteurs selon qu’ils sont capables de garder une forme d’autonomie technique et/ou commerciale. Cette liberté est souvent corrélée à l’expertise mais les amateurs du "tout-intégré" ne sont pas les moins technophiles.

< Retour