Chargement

Le Motif

La lettre d’information

Marché français du livre
 
Les champs suivis d’une astérisque (*) sont obligatoires.
Fermer la fenêtre
 

Le marché français du livre

Le livre, première industrie culturelle en France : 3,9 milliards d’euros en 2014

Le revenu net des éditeurs de livres (source SNE, repères et statistiques 2015, données 2014) est passé de 2,68 milliards d’euros en 2013 à 2,65 milliards en 2014 soit une baisse de 1,3%.

421 millions de volumes (-1,2%) se sont vendus en 2014.

La production en titres a augmenté dans une moindre mesure en 2014 et de façon très différente. La hausse globale de 3,0% a été portée par une hausse des réimpressions (+12,0%) alors que le nombre de nouveautés a baissé (-6,5%). Les éditeurs ont décidé de travailler davantage leur fond en 2014. Le nombre d’exemplaires produits continue de baisser (-3.3%) et le tirage moyen global également (-6,1%), signe d’une gestion plus rigoureuse des flux.

Ce chiffre d’affaires net éditeurs est à comparer au marché du livre, évalué par GfK à partir des ventes en sortie de caisse de leur panel, à 3,9 milliards d’euros en 2014 (-1,3%).

Cette quatrième année de baisse relative est cependant moins importante que les années précédente.

Toujours selon GfK, le livre représente plus de la moitié du marché des biens culturels.

Les grands indicateurs de l’édition 2015 (source SNE, chiffres 2014)

2013 2014 var.
Chiffre d’affaires
(millions d’euros)
2 687 2 652
- 1,3 %
ventes de livres 2 559 2 517
- 1,7 %
cessions de droits 128 135 5,5 %
Ventes d’exemplaires
(en milliers)
426 815 421 793
- 1,2 %
Production en titres
(en unités)
95 483 98 306
+ 3 %
nouveautés 46 619 43 600
- 6,5 %
réimpressions 48 865 54 706
+ 12 %
Production en exemplaires
(en milliers)
572 033 553 241
- 3,3 %
nouveautés 353 393 344 246
- 2,6%
réimpressions 218 640
208 995
- 4,4%

Répartition des ventes selon les canaux en 2014

La librairie constitue le secteur le plus fragile et le plus menacé de la chaîne du livre. La montée en puissance des ventes par internet l’affecte particulièrement. La librairie 1er niveau est en léger recul.

Ventilation des ventes selon les circuits en % valeur (source GfK)

Librairie 1er niveau 27,6%

Librairie 2è niveau

+ Internet

28 %
GSS 27,6%
GSA 17,7%

Répartition du chiffre d’affaires par segment

 

La littérature générale domine toujours le marché mais en léger repli. L’édition scolaire est toujours en baisse.

En 2013, d’après le classement du SNE, la littérature générale a rapporté 626,7 millions d’euros (- 7,2%), la jeunesse 357,1 millions (+ 4,3%), les livres pratiques  332,3 millions (- 2,7%), l’édition scolaire 306,5 millions (- 5,3%), les sciences humaines 258,4 millions (+6,2%), la bande dessinée 234,2 millions (- 3,5%) ...

161,4 millions d’euros pour l’édition numérique : 6,4% du CA des éditeurs en 2014

 

Les revenus de l’édition numérique sont en hausse à 161,4 millions d’euros en 2014 (source SNE) ce qui ne représente que 6,4 % du chiffre d’affaires des éditeurs en 2014. Cette progression est portée par le marché professionnel qui représente 64% des ventes en numérique. Dans le secteur de l’édition professionnelle le numérique représente d’ores et déjà plus de 40% des ventes des éditeurs.

L’édition numérique grand public (hors scolaire, Sciences Technique, Médecine et Droit) connaît une augmentation modeste et s’établit à 2,9% en valeur des ventes de livres (contre 2,3% en 2013).

 

Et aussi...

  • Fragilité de la librairie

    Important pourvoyeur d’emplois, les libraires indépendants traversent cependant une période d’incertitude marquée par une baisse des