8.6 C
Rennes
vendredi, février 3, 2023
AccueilEmploi et FormationReprogrammation moteur : les différents stages

Reprogrammation moteur : les différents stages

Date:

Articles en Relation

Dans le cadre d’une reprogrammation de voiture, de nombreux éléments entrent en jeu. Souvent, nous entendons parler de stage ou de stock accompagnés des chiffres 1, 2, 3 et 4. En réalité, ces termes désignent le niveau de modification apportée au véhicule. Entre autres, le mot stage fait référence à des changements appliqués au moteur et à sa cartographie. Quand nous parlons de stock, cela signifie que ces éléments n‘ont pas été transformés. Par ailleurs, il faut savoir choisir la phase adaptée à votre auto si vous avez en tête de faire une programmation. Dans la plupart des cas, les amateurs de la mécanique auto optent pour des reprogrammations sur-mesure. Découvrons ensemble les nombreux aspects et les différentes phases de ce concept.

Qu’est-ce que la reprogrammation moteur ?

Par définition, la reprogrammation consiste en la modification des valeurs et données originales que contient le calculateur. En fonction des véhicules, ce dispositif est connu sous le nom d’Unité de Contrôle Moteur (UCM), Engine Control Unit (ECU) et Boitier de Servitude Moteur (BSM). Pour mieux vous expliquer, sachez que le moteur renferme plusieurs capteurs. Ils émettent des signaux électriques au calculateur pour la gestion du moteur. Grâce à la cartographie du moteur (base de données préétablie par les constructeurs), l’ECU est en mesure d’analyser les informations transmises. Par la suite, cela permet de réguler la pression, le temps d’injection et la normalisation de la pression du turbocompresseur. En résumé, la reprogrammation offre la possibilité d’avoir le contrôle sur l’ensemble de tous ces éléments, permettant ainsi de rechercher plus de performance à l’instar de la reprogrammation moteur stage 2. Bien que leur résultat soit assez similaire, la reprogrammation et le chiptuning sont différents. L’objectif est toujours d’augmenter la puissance de la voiture, mais les moyens utilisés par ces deux méthodes divergent.

La reprogrammation stage 1

C’est la programmation de niveau 1, se concentrant uniquement sur la modification du boitier électronique du véhicule. Le principe est de passer au-delà des limites d’origine prédéfinies par l’ECU. Le plus souvent, cela s’applique aux voitures dotées d’un turbo afin de garantir un gain de puissance. En général, nous pouvons obtenir 10 à 30 % de performance en plus après l’opération.

La reprogrammation stage 2

La reprogrammation moteur stage 2 quant à lui est une variante du niveau 1, mais avec une puissance plus accrue. Cette phase est également connue comme la préparation moteur. Outre les modifications du calculateur, l’intégration d’autres éléments complémentaires est nécessaire. Entre autres, il faut installer un nouveau filtre à air de type sport, un échangeur d’air et un collecteur.

La reprogrammation stage 3 et stage 4

Il s’agit encore d’une phase de préparation moteur, mais cette fois plus poussée que le stage 2. Il touche l’ensemble des pièces internes et externes du véhicule ainsi que la cartographie. En effet, c’est la quasi-totalité des éléments qui sont concernés, il n’y a presque aucune limite. Selon les attentes du propriétaire, il peut s’agir de l’amélioration de l’embrayage, optimisation des injecteurs, du turbo compresseur, de la pompe à essence, des arbres à cames. Bien entendu, des modifications s’apposent aussi au calculateur et à la base de données.

Ainsi, la reprogrammation est un travail réservé aux professionnels en raison de sa complexité. Qui plus est, sa réalisation doit se faire au cas par cas selon les marques et type du véhicule.

S'inscrire

- Obtenez un accès complet au site

- Ne manquez jamais une actualité

- Naviguez gratuitement toute la journée

Articles en avant